UN à ne plus Être

Là où tu es Je suis,

Et  pourtant tu m’ignores et dit me chercher.

Quand tu te promènes , je me fait vent et te chante le monde à l’oreille,

Je me fais  ciel pour te rappeler  ton infini .

Et quand le soir venu tu t’endors, c’est en moi que tu te dissous.

Tes peines, tes joies, tes désirs, tes folies, c’est dans mon Silence qu’elles raisonnent à n’en plus finir.

Je te propose la plénitude, tu veux perdurer dans le manque.

Je t’offre l’immortalité, tu préfères souffrir et avoir peur de mourir.

Je suis toutes formes et tu persistes et persistes encore à revendiquer ce qui se fait ou se dit à travers toi.

Je suis de  ton premier souffle, et de tous les suivants jusqu’au dernier.

Combien de fois ne m’as tu pas reconnu?

Que puis je pour toi si tu ne le veux pas?

Que puis je pour toi  si tu t’obstines à prétendre exister hors de moi?

Va ou viens, ce sera toujours Ici , au coeur de mon Coeur que nous serons et nous retrouverons.

Alors quand tu me reconnaîtras,

ou plutôt quand tu te reconnaîtras,

nous serons Un jusqu’à ne plus Être.

Alors? Maintenant?